5 questions à Nicolas Glady : Big Data & Santé

glady-5questions

gladyNicolas GLADY est Docteur en économétrie et Professeur à l’ESSEC où il est titulaire de la Chaire Accenture Strategic Business Analytics. Il enseigne les cours de Marketing Management, Marketing stratégique et Big Data Analytics dans la Grande Ecole, le programme doctoral et le Global MBA. Il est aussi consultant pour les grandes entreprises issus de divers secteurs financiers, High-tech, grande distribution…

« Il est l’auteur de nombreuses publications concernant l’enjeu ainsi que le potentiel du Big Data de nos jours dans des revues comme Management Science, International Journal of Research in Marketing ou Journal of Service Research, et des revues plus grand public, comme les Echos, le Figaro, Harvard Business Review, Slate ou Huffington Post. »

Vous avez la possibilité de le suivre sur Twitter : @nicogla.

Ce mois-ci, nous vous proposons un entretien exceptionnel avec Nicolas GLADY, Président de la Chaire Accenture de l’ESSEC, sur le thème du Big data et de la santé à travers cinq questions que nous lui avons posées.

1) Les entreprises pharmaceutiques accuseraient-elles un retard au niveau de leur processus de transformation digitale ?

Nicolas GLADY : « Ce n’est pas le cas, puisque les chercheurs, pharmaciens et scientifiques qui travaillent dans l’industrie pharmaceutique ont toujours eu une culture et une vision assez quantitative, avec des essais analytiques et se sont toujours basés sur leurs données afin de pouvoir décider ou non de poursuivre leurs travaux.

On voit aujourd’hui de nombreuses entreprises se tourner vers les nouvelles technologies et le Big Data à l’image de l’entreprise biopharmaceutique belge UCB qui a remporté le prix du projet digital le plus innovant. »

Le laboratoire belge UCB, spécialisé dans le traitement de maladies sévères qui touchent les systèmes immunologique et nerveux central, a remporté le ‘’ ICT project of the year’’ pour son programme ‘’Amplify ».


Il est certain que les datas vont révolutionner le monde de la santé.


Amplify est un programme imaginé autour d’une idée : changer la perception de l’informatique au sein de l’entreprise

L’informatique de façon générale est considérée comme étant l’élément clé la transformation digitale voulue par l’entreprise.

Amplify a été élaboré selon deux points : une transformation complète, via des cercles de transformations IT, du département informatique, ainsi que la mise en place d’une série de projets appelés : ‘’ advanced analytics ‘’.

ucb-pharma

L’idée a été d’extraire cinq personnes de leur secteur et environnement de travail habituel afin de les faire réfléchir sur un thème durant 4 mois. C’est une organisation au sein de l’entreprise qui permet le développement de nouvelles idées et pouvant à terme aboutir à une innovation.

2) Le Big Data a-t-il déjà opéré une révolution technologique dans d’autres secteurs ?

Nicolas Glady: « Le Big Data a déjà transformé plusieurs secteurs industriels, que ce soit les réseaux sociaux, les moteurs de recherche ou encore les sites de ventes en ligne comme Amazon, avec à la clé de nombreux succès. Par exemple, le pureplayer Amazon réussit à obtenir de fortes marges en ciblant les achats de leurs clients de façon plus intelligente.

Dans le secteur de la santé, l’utilisation des Big Data a permis, en reprenant le cas du laboratoire biopharmaceutique UCB, d’obtenir des résultats concrets en modifiant leur infrastructure Big Data. En exploitant toutes les données possibles  autour d’un thème précis, le laboratoire a réussi à obtenir des changements à terme sur leurs ventes de plusieurs millions d’euros.

Les géants du web à l’image d’Apple se positionnent clairement sur le domaine du Big Data.

apple watch santé

Avec sa montre connectée, l’entreprise de Cupertino est maintenant capable d’enregistrer des paramètres vitaux aux poignets des porteurs tels que la pression artérielle ou encore la fréquence cardiaque.


Il existe clairement un potentiel aujourd’hui, la question cruciale est de savoir quand va réellement démarrer cette révolution technologique ?


Grâce à l’application Health, les utilisateurs peuvent regrouper leurs données personnelles sur un tableau de bord concernant leur santé et forme physique.

Les données personnalisées permettront un suivi en temps réel des patients traités par les médecins, et éventuellement le dépistage de maladies grâce à des algorithmes de calcul.

En se positionnant en tant qu’agrégateur de données, Apple pourra assurer un suivi de la population à grande échelle.

 

3) Et, selon vous, quel est le rôle des professionnels de santé dans ce nouveau modèle ? Garderont-ils toujours une place aussi prépondérante ?

Nicolas GLADY: « Face à ce nouveau modèle, les professionnels de santé
gardent une place prépondérante et notamment les médecins. Il faut faire confiance aux médecins, ils ont une formation scientifique très solide et comprennent l’utilité de la technologie, mais sont aussi et surtout soucieux de la protection des données et de la vie privée.’’

En s’appuyant sur l’exemple de l‘Inde, il nous explique que plusieurs médecins dans le monde utilisent aujourd’hui la consultation à distance permettant ainsi de réduire les inégalités d’accès aux soins.

A l’image de Sameer Sawarkar, ce médecin indien qui a développé un programme de santé digital permettant d’effectuer des consultations avec des patients vivant dans des zones rurales et n’ayant pas accès aux soins.

Le docteur Sameer Sawarkar a crée un kit de télémedecine permettant aux patients habitant en zone rurale d’avoir une consultation avec un médecin de ville, via une webcam. Le kit contient des capteurs permettant au médecin qui consulte à distance de mesurer la pression artérielle, la respiration et même d’effectuer un électrocardiogramme en temps réel. Ils peuvent ainsi établir un diagnostic, rédiger et envoyer la prescription directement aux patients via un logiciel. 

inde-esanté

Ce programme s’inscrit dans le cadre de la stratégie ‘’Making More Health’’ du laboratoire pharmaceutique Boehringer Ingelheim.

Les nouvelles technologies ont la capacité de faciliter voire de remplacer certaines pratiques médicales (diagnostic, aide au diagnostic, suivi de traitement, etc.). De plus, avec le Big Data nous pouvons nous tourner de plus en plus vers une médecine de prévention…

 

4) A l’université d’été organisée par le LEEM : L’économiste Paul Seabright a émis quelques réserves concernant l’arrivée des nouvelles technologies dans la santé; notamment le fait que l’on n’ait pas encore observé de résultats concrets… Êtes-vous d’accord? 

Nicolas Glady :  «  il faut rester prudent, je suis assez d’accord avec lui, personne à l’heure actuelle ne saurait prédire où et quand va se produire la révolution numérique même si, le marché des applications de santé explose et envahit de plus en plus notre quotidien. »

 

5) Comment les industries pharmaceutiques perçoivent l’arrivée des géants du web dans le domaine de la santé ? Sont-ils dans une logique de partenariats ou de compétition ?

Nicolas GLADY : « la question est compliquée, certes, Google travaille sur plusieurs projets. » Il nous livre cette anecdote, d’un employé de Microsoft qui lui aurait un jour confié ‘’ you can never over engineer Google!’’ littéralement, on ne peut jamais cesser l’ingénierie de Google.

GAFA

Depuis la révélation de son existence en 2011 par le New York Times, le Google X Lab ne cesse d’étonner par ses projets innovants et futuristes.

Parmi les ‘’moonshots’’ ou prototypes imaginés par les scientifiques, les lentilles de contact intelligentes mesurant la glycémie seront développées en partenariat avec le laboratoire pharmaceutique Novartis qui se chargera de la commercialisation.

Pour conclure Nicolas GLADY ajoute: « L’entreprise californienne affiche clairement son intention de vouloir allonger la durée de vie, possède des avantages compétitifs sur les autres entreprises avec près de cinquante milliards de dollars de chiffre d’affaire en 2014 et l’attraction des meilleurs cerveaux et talents. Cependant, ces géants du web ne fabriquent pas de médicaments, à l’inverse de l’industrie pharmaceutique, qui conserve son monopole, il faudra donc déjà observer la façon dont le marché des innovations se stabilise dans le futur pour y répondre.’

 

Beyond the Pill Club : Ihsène Ben Mehidi et Pierre-Antoine DRUBAY

 

Sources :

http://www.makingmorehealth.org/MMH_News/MMHTV.html

http://strategic-business-analytics-chair.essec.edu/

http://datanews.levif.be/ict/ict-project-of-the-year-ucb/video-normal-276769.html

http://www.ucb.com/magazine/article/Time-to-‘Amplify’-role-of-IT-in-health

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *