Author: ihsene-benmehidi

La révolution Big Data en santé.

header-big-data

Les technologies BIG DATA offrent la possibilité de transformer la pratique médicale et le système de soin de façon générale. L’utilisation et la gestion des données collectées fait actuellement l’objet de nombreuses recherches. Voici quelques pistes sur l’impact et leurs rôles en santé.

Accélérateur du progrès et de l’innovation.

Le BIG DATA, littéralement « méga-données », désigne un volume massif de données qui provient le plus souvent du numérique. Il fut inventé par ceux, qui à l’origine, ont été les premiers à profiter de cette révolution : les astronomes et les physiciens dans les années 2000. Bien loin en apparence du domaine médical, il impacte pourtant aujourd’hui pratiquement tous les secteurs : industriels, automobiles, financiers, marketing, etc.

big data nuage mots

Cette masse de données collectées – via l’internet, les smartphones, les tablettes, les objets connectés – peut, après avoir été traitées par de puissants algorithmes, générer des pistes de traitements pour des maladies, prévoir la propagation d’une maladie contagieuse ou encore permettre un suivi des patients atteints de pathologies chroniques. C’est un terme devenu courant dans les domaines médicaux et pharmaceutiques.

Parmi les principaux  bénéficiaires de cette révolution, on retrouve les laboratoires pharmaceutiques. Selon l’analyse du cabinet de conseil McKinsey, diverses mesures leur permettraient d’optimiser l’utilisation et la gestion de ces données qu’ils pourraient exploiter à toutes les étapes du circuit du médicament : de la recherche & développement de nouvelles molécules au suivi post AMM des patients bénéficiaires des nouveaux médicaments.

Bien que l’industrie pharmaceutique n’ait pas encore intégré pleinement les technologies Big Data dans un processus R&D, l’utilisation de ces nouvelles technologies se révèle être un excellent moyen de booster la recherche pharmaceutique.

Grâce à de puissants algorithmes, le traitement des données recueillies en laboratoires mais aussi durant les phases d’essais cliniques permettraient d’élaborer des modèles prédictifs en vue de prévoir les effets physiologiques des molécules, la découverte de nouvelles cibles biologiques des molécules mais aussi de singulariser les différentes mutations possibles d’un gène, rendant diagnostics et traitements d’autant plus efficaces.

Des partenariats entre laboratoire pharmaceutique et acteur du Big Data ont déjà vu le jour. A titre d’exemple, AstraZeneca et l’assureur Anthem ont signé en 2011 un contrat de quatre ans afin de rechercher les traitements les plus économiques et efficaces contre les maladies chroniques entre autres, d’après des études réalisées sur près de 36 millions de personnes. Ou encore, Biogen s’est associé avec PatientLikeMe et FitBit pour le développement d’une étude sur l’activité physique des patients atteints de SEP.

Aussi, Apple a mis en place un logiciel open-source Research Kit permettant de faciliter la récolte d’informations patients par les chercheurs lors des essais cliniques.

Le Big Data offre de nouvelles perspectives dans la santé

Toujours selon l‘étude de McKinsey, plus de 75% des patients pourraient utiliser les objets connectées à condition que les moyens mis à leur disposition puissent répondre à leur exigences et leurs besoins en terme de santé. Les outils permettant de produire de la DATA sont multiples, et commencent à envahir fortement la santé.

A titre d’exemple, l’union Européenne préconise de cibler les jeunes populations par des campagnes de prévention des maladies notamment via le web 2.0 : les réseaux sociaux, ou encore des applications mobiles (Apple Health©, Samsung Health© …). On découvre aussi à travers l’étude de McKinsey, que les patients de plus de 50 ans ne sont pas réticents à l’utilisation de la santé connectée et seraient même près de 70% des plus de 50 ans, en Grande Bretagne et en Allemagne, à vouloir utiliser les nouvelles technologies. Néanmoins, ils préfèrent plutôt l’utilisation de sites internet spécialisés ou encore les mails.

Le Big Data possède le potentiel de révolutionner la pratique médicale. Aux Etats-Unis, le Memorial Solan Kettering Cancer Center, un des 1er centre de traitement et de recherche contre le cancer, qui traite près de 30 000 patients par an a effectué un partenariat avec l’entreprise IBM.

Le but : analyser et interpréter les données cliniques des patients collectées grâce au désormais célèbre IBM Watson.

IBM Watson est un programme d’intelligence artificielle qui a la particularité de traiter les informations d’avantage comme un cerveau humain qu’un ordinateur. Il est capable de comprendre une question qu’on lui pose, de trouver les réponses en quelques secondes et de les énoncer grâce à son système vocale. Une des applications de ce système dans la santé est l’entrainement des médecins à trouver les meilleurs traitements anticancéreux, d’après plusieurs paramètres incluant les antécédents familiaux, médicaux ou encore les données de diagnostics déjà établis auparavant.

watson

En France, Khresterion a mis au point un logiciel du même type. Il aide le personnel soignant des patients atteints de diabète et de cancers à prendre des décisions grâce à l’intelligence artificielle. Toutes les données recueillies pourront améliorer le processus de médecine personnalisée, grâce notamment aux données génétiques, on pourra adapter les traitements en fonction de chaque profil de patients dans certaines maladies comme les cancers du côlon ou du sein.

Le Big Data devrait donc accélérer la compréhension des systèmes complexes. En 2008, Google lançait Google Flu trends afin de prévoir la diffusion des épidémies (cartographie). Cet outil n’a néanmoins pas été utilisé par les scientifiques qui préfèrent les « small data’’ ou les données recueillies sur le terrain mais a permis toutefois d’explorer de nouvelles possibilités quant à l’utilisation des data en épidémiologie.

Mark-Lombardi

L’utilisation des données amène aussi de nombreux débats concernant les sites qui hébergent ces données, les conditions de recueil de consentement éclairé et de confidentialité. En outre, de nombreux spécialistes se posent la question de la divulgation de données patients aux organismes d’assurance.

Le BIG DATA offre de nouvelles perspectives dans le domaine de la santé et constitue, pour de nombreux spécialistes, un virage certain à ne pas manquer pour les industries de santé.

Sources :

http://www.frenchweb.fr/e-sante-jusquou-ira-le-big-data-pour-nous-soigner/186343#3oEs8qOBQXR1UMX3.99

http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/10/02/le-big-data-un-virage-technologique-a-ne-pas-rater_4499371_3232.html

http://www.mckinsey.com/global_locations/europe_and_middleeast/france/fr